Invité MAP : Julien Magre

Julien Magre
Je n’ai plus peur du noir

 

Du 01.06.17 > 30.06.17 au Musée Paul Dupuy (13, rue de la Pléau, 31000 Toulouse)

Capture d’écran 2017-03-20 à 23.56.31

« Je lui dis que la dernière
partie du livre sera la sortie
de l’hôpital, sa guérison,
les grandes vacances…
la vie qui reprendra »

« Le 25 décembre 2014, je fais des photographies ce matin- là, en Corrèze. Le lendemain, nous apprenons, suite à une analyse de sang de routine, que Suzanne, notre fille de 7 ans, est atteinte d’une leucémie. Elle est rapatriée le 29 décembre à Paris, à l’hôpital Trousseau. À partir de ce moment-là, je photographie Suzanne à l’hôpital, à la maison… Nous décidons, elle et moi, de faire un projet ensemble sur les objets de l’hôpital, les jouets de la maison, son quotidien. Je lui propose que l’on fasse un livre tous les deux, elle veut bien. Je lui dis que la dernière partie du livre sera la sortie de l’hôpital, sa guérison, les grandes vacances… la vie qui reprendra. Elle n’a pas guéri. Elle est partie le 25 juin 2015. Je décide de photographier les vacances, sans elle. Le livre a été imprimé les 26, 27 et 28 juillet 2016 en Italie. » Julien Magre/septembre 2016

Dans sa série photographique, Julien Magre nous confie avec délicatesse un hommage à la vie dans ce qu’elle a de plus beau, de plus dur, de plus pervers et de plus violent. Des images poignantes, témoins du début d’une interminable reconstruction familiale après la disparition de sa fille.

Exposition soutenue par :

Leica_MAP

Leica renouvelle son partenariat avec le Festival de photo MAP Toulouse et parraine la très belle et sensible exposition de Julien Magre. Nous avons découvert le talent de Julien à travers les images de Suzanne réalisées en Corrèze en décembre 2014, où planait avec force l’ombre de la funeste nouvelle. Photographe de l’imperceptible, de l’intime, de moments suspendus, Julien Magre traduit ses émotions en images. Une photographie poétique de la famille traversée par un cataclysme, où la couleur et la lumière finissent par reprendre timidement puis surement leur éclat…

Musée Paul Dupuy (13, rue de la Pléau, 31000 Toulouse)